Les Lego, et moi:

Bienvenue sur ma page consacrée au Lego. Ci dessous vous pourrez lire comment je me suis découvert cette passion, et comment un vieux comme moi peut occuper son temps libre avec de petites briques en plastique. Vous pourrez aussi lire des articles, trouver des liens interessants, et découvrir quelques un de mes sets ou Mocs (My Own Creation pour les novices).

Bonne lecture à vous.

Chapitre 1: Au commencement, il y eu......

Eh bien oui, j'ai plus de 30ans et je joue encore aux Lego. En fait, les lego, et moi, c'est une grande histoire.

Je ne me rappelle plus exactement de l'année, mais je devais avoir entre 6 et 8 ans lorsque j'ai eu ma première boîte de lego: 30-1 - Universal Building Set, un set de dévouverte qui permettait de faire de nombreuses constructions différentes.

Je dois cependant bien reconnaître que cela n'a pas été une révélation. Je ne me souviens pas avoir eu le déclic à ce moment là, et avec mon frangin, on était plus attiré à cette époque par les Playmobil. Peut être étions nous trop jeunes pour être attirés par le côté "construction". Pourtant je possédais quelques meccano, avec un superbe moteur électrique à vitesses, et je passais des heures à construire et re-construire grues, tracteurs, etc. Mais, rien à faire, les Lego n'ont pas retenu mon attention.

A cette même époque, mon frère s'était lui vu offrir une boite de Fabuland: 128 - Taxi Station, qui est vite allé rejoindre l'autre dans un placard.

Quoiqu'il en soit, à cette époque si nos parents voulaient nous faire plaisir, il suffisait alors de nous acheter une boîte de Playmobil.
Lorsque nous faisions les courses en famille, ce qui arrivait tout de même très rarement, arrivait toujours le moment redouté des parents: le passage devant le rayon de jouets avec la fatidique question: "Maman tu nous achete une boite de Playmobil?"

Seulement, pour avoir une boîte intéressante et relativement jouable (et pas juste un pauvre bonhomme), il fallait déjà une boîte de taille moyenne. Et comme nous étions deux enfants, cela signifiait deux boîtes moyennes. Et à l'époque, nos parents ne pouvaient pas se permettre facilement ce genre de dépense.

Mais dans ce même rayon de jouets, à quelques centimètres il y avait des boîtes Lego. De petites boites, entre 10 et 15 francs, contenant un personnage et un véhicule. Quelque chose de jouable pour un budget plus raisonnable. Alors, ce jour là nous revimment à la maison avec 1 Set chacun: avec la boite 6647 - highway repair pour moi et la boite 6841 - Mineral Detector pour mon frère. Et là, ce fut la révélation, et le début d'une longue histoire!

Chapitre 2: Petite collection deviendra grande

Ces boites, nous les avons montées et demontées et remontées des milliers de fois. Et devant l'interêt que nous portions à ces nouveaux jouets, nos parents nous offraient de temps à autre un petit set, et pour noël, les Playmobil disparaissaient de la liste du Père Noël au profit de nouvelles boites Lego.

Globalement nous étions plus attirés par la gamme "Espace". Et certains sets évoquent pour moi aujourd'hui encore de beaux souvenirs, des heures de jeux, de montage: Lance fusée, vaisseau lumineux, etc... Quelques autres sets (castle, city) venaient de temps en temps compléter notre collection grandissante.

Et tous les étés, pendant les grandes vacances scolaires, c'était le même rituel: Une grande table, très grande table consacrée uniquement à nos Lego. Toutes les briques en vrac sur la table, et c'était parti pour 2 mois de Lego ! Notre cousin nous rejoignait régulièrement, et nous laissions aller notre imagination, ou tentions de reconstituer divers véhicules: Bases lunaires, Supercopter, les vaisseaux tirés de dessins animés (Goldorack, Jayce et les conquérants de la lumière, Transformers), etc. Bref, mes premiers MOCS (My Own Creation pour les novices).

Chapitre 3: Attention, on ne mélange pas les Technics et le reste

Alors que notre collection s'agrandissait, accueillant divers sets de city, espace ou castle, je découvrai en parallèle les Technic.... Je dis bien en parallèle, car on ne mélangeait pas les pièces Technic avec le reste (certainement mon côté ingénieur, ou peut être maniaque). D'un côté, on avait les Lego, et d'un autre les Technic. Je sais, ça peut paraitre un peu bête, car que ce soit l'un ou l'autre, c'est toujours du Lego, mais voilà, c'était comme ça!

J'eu mon premier set pour Noël 1983 (je ne suis plus très sûr de l'année d'ailleurs): La superbe dépanneuse, qui restera pour moi encore un des plus beaux sets Technic à ce jour: compact mais très complexe. Le set idéal pour découvrir l'immensité des possibilités offertes par cette gamme.

Et là, je mis définitement mes Meccano aux placards. Certes ce nouveau jouet n'avait pas ce côté réaliste et mécanique qu'avait le Meccano (ici, point de metal, ni de vraies vis, ni clés, ni tournevis), mais il proposait en contrepartie des montages beaucoup plus complexes, avec des engrenages plus variés, des différentiels, etc... Et il était bien sûr possible de motoriser tout ça!

Quelques mois plus tard, le second set vint agrandir ma collection le Buggy des sables 8845, puis ce fut la sublime supercar 8860.

A partir de cet instant, je continuais bien sûr à jouer aux Lego en compagnie de mon frère, mais tout seul, je ne jouais plus qu'aux Technic.

Chapitre 4: Budget serré.

Bien sûr, à cet époque, je ne consacrais pas le même budget qu'aujourd'hui aux petites briques. D'ailleurs, je ne consacrais même pas un centime. De toute façon, habitant à la campagne, il était relativement difficile de trouver des technics à acheter dans le coin. Et point d'internet. Je me rappelle par ailleurs du second livre d'idées Technic 8889 pour lequel j'ai du patienter au moins 2 ans avant de mettre la main dessus.

Et sans internet, il était très difficile de récupérer des notices de montage. Donc on avait coutume avec quelques copains de s'échanger nos notices, et de les faire photocopier. Je pense que je devais être un des plus gros client en photocopies du photographe de Diémoz :o).

D'un autre côté, cela m'obligeait à réinventer les sets, et notament le Bulldozer 856 qui était un de mes préférés et pour lequel je n'ai jamais pu trouver la notice (enfin avant internet bien sûr). J'ai passé des heures à essayer le reconstruire à partir d'une simple photo vue sur un vieux catalogue!

Enfin, à cette époque toute occasion était bonne pour agrandir ma collection: anniversaire, noël, souvenir de voyage scolaire. Je me souviens d'ailleurs avoir acheté un petit set lors de mon voyage en Allemagne et du passage dans la ville de Hannovre: le Set Universel 8024. Ce fut pour moi l'occasion de rentrer pour la premier fois dans un immense magasin exposant de superbes dioramas Lego et Technic. Un vrai rêve éveillé pour moi!

Chapitre 5: Loin des yeux, loin du coeur.....

Et puis comme tout le monde, j'ai eu ma période "Dark Age". Comprenez par là, une période où la petite brique ne faisait plus partie de mes centres d'interêt. D'autres passions ont pris le dessus: jeux de rôle (Ad&D, Star Wars, INS/MV, Vampires, Ambre), Magic, jeux video, et comics (X-Men, SPiderman, Batman, etc).

Ajoutons à cela des études qui m'ont poussé très vite à quitter le cocon famillale pour des internats et autres résidences univsersitaires. Autant dire que mes Lego et Technic n'ont pas vu la lumière du jour pendant des années. Mais jamais l'idée de les vendre ou de les donner ne m'a traverser l'esprit.

Chapitre 6: Internet.... on y trouve tout

Il aura fallu attendre des années, et mes 26 ans, pour que les Lego ressurgissent du passé. Un peu par hazard, en surfant sur le net au rythme effrené de mon petit modem Adsl, je tombe sur des notices Technic scannées. Par curiosité, je cherche un peu ce qu'on peut trouver, et la réponse devient vite évidente: TOUT !

Alors que pendant des années, j'avais despéré trouver mon livre d'idée 8889, ou la notice du bulldozer 856, il me suffisait d'un clic sous google, et elles appaiassaient sous mes yeux! Et je ne parle même pas d'ebay, qui permettait de retrouver d'anciens sets d'occasion à des prix abordables. Alors que j'utilisais ebay à l'époque plutôt pour compléter ma collection de vieilles consoles et jeux video, je me laissai tenter par quelques set, et notamment la mythique supercar 8880. C'était la fin de mon Dark Age qui s'annonçait.

Chapitre 7: Ouah, mais y en a plein des comme moi !?!

Après plusieurs mois, mon ancienne collection de Tecnic avait réintégré l'appartement que je partageais avec la fille qui allait devenir ma femme. J'ammenageai un petit recoin du grenier mensardé pour stocker mes boites. Mais, malgré cela, les Lego restaient à cette époque une activité encore très secondaire. Je consacrais plutôt mon temps libre aux jeux video et surtout à la guitare, avec notamment la naissance de mon premier groupe GUSS. Et puis, les Lego restaient dans un tête un jouet, un jeu d'enfant, même si cela ne me génait pas trop, je n'imaginais pas en faire un passe temps au même titre que la guitare.

C'est encore une fois, en surfant sur le net, que je tombai par hasard sur le site de Freelug, et que je découvris que les Lego pouvaient être une passion pour les adultes, et qu'elle était même partagée par un grand nombre d'AFOL (Adult Fan Of Lego). En me balladant sur ce site et d'autres par la suite, je pus me rendre compte que ces adultes, qui n'avaient plus les limitations de budget que pouvaient avoir les enfants, réalisaient des constructions et dioramas incroyables. De plus les Lego avaient quand même bien changé depuis mon enfance avec de nombreuses nouvelles pièces, couleurs, le Mindostorm, le studless, des techniques de montages toujours plus compliquées, etc.

Je restais en admiration devant ce que ces adultes pouvaient accomplir.

Chapitre 8: C'est la faute à ma chérie

Mais jusque là je n'avais cèdé qu'à l'appel des Technic, les autres gammes ne restant pour moi que de lointains souvenir. Ce fut le cas jusqu'à la sortie de la gamme Batman... Ouah.. Batman en Lego ? Il y avait bien eu une gamme Spiderman, mais il faut bien reconnaître qu'elle n'avait rien de terrible, la série s'y prétant peu: pas de véhicule, pas de base, pas de lieux types, etc.

Pour Batman, par contre, tout était là: La batmobile, la batcave, Arkam, etc... Comment moi, le grand fan de comics j'allais pouvoir resister. Le prix me refroidissait tout de même un peu, je sus refroidir mes ardeurs.

Et un soir, ma chérie, abonnée au site internet "vente privée" me dit: "tu as vu aujourd'hui y a des lego Batman à -50%, pourquoi n'en profites-tu pas?" Comment résister alors: Batman + prix intéressant + incitation de ma chérie. Et voilà comment j'ai replongé après tant d'années.

Chapitre 9: De belles licenses et super belles gammes

Cela aurait pu s'arrêter là. Après tout je n'avais jamais acheté de Lego Star Wars, alors que j'adore les films, et que j'étais un fan du jeu de rôle. Mais j'avais en fait une petite idée en tête à l'époque, idée qui n'en est resté qu'à ces balbutiments faute de temps: faire des scènes de Batman en Lego, pour faire une Bande dessinée à partir d'images retouchées. Mais pour cela il fallait des éléments de décors (maison, ville, ..), des figurants (police, bandits, ..). Bref il fallait de la brique. Je commençai donc à élaborer mon scénario et achetai quelques sets neufs ou d'occasion (pompier, qqes photos)

Puis Lego abandonna Batman pour se consacrer à une nouvelle license: India Jones. Et là une fois de plus, incité par ma chérie, je cédai, après m'être vu offrir plusieurs sets.

Et petit à petit j'élargissai ma collection: Médiéval, après avoir récupéré ma collection de jeunesse, city, avec notamment la belle ferme (et oui, comme les Playmobils, mais en mieux), les pirates avec les superbes navires.

Au fil des années, même pour la gamme de Train, que j'avais toujours trouvé hors de prix, je ne resistai pas longtemps. J'achetai tout d'abord quelques rails bleus, histoire de faire tourner mon vieux moteur (celui du noel 1983), puis un set en promo (hobby train), pour enfin acheter un superbe lot sur ebay.

Chapitre 10: Septembre 2008: Quai des Ludes

Jusque là, cela était resté un plaisir solitaire, le genre de chose qu'on ne raconte pas. J'avais évidemment bien vu sur Internet que de nombreux adultes jouaient encore au Lego. Je trouvais remarcables les expositions auxquelles participait l'assocation FreeLug. Mais je n'avais pas franchi le pas. Je n'avais pas eu l'occasion d'aller en voir alors que certaines avaient eu lieu à quelques kilomètres seulement (notament celles de Cournon et Cusset).

En 2008, je décidai donc de prendre ma carte d'adhérent à l'association Freelug, histoire de partager cette passion avec d'autres personnes, me disant que si l'occasion se présentait, je participerai cette fois à une exposition. Et l'occasion ne se fit pas attendre, puisque quelques semaines plus tard, des volontaires étaient recherchés pour participer à la grande manifestation organisée par le Quai des Ludes.

Le Quai des Ludes est un Ludothèque se trouvant à coté de Perrache à Lyon, et qui organisait une manifestation sur 2 jours durant laquelle les enfants étaient invités à construire un bâtiment de Lyon en Lego afin de reconstituer les différents quartier de la Ville. Le Quai des Lude fournissait les briques, des tonnes de briques, de couleurs différentes bien sur, mais uniquement de la brique 4x2.

Les membres de FreeLug qui le souhaitaient étaient donc invités à construire un Bâtiment très reconnaissable de la ville, et pour ma part j'eu la tâche de reproduire la Cathédrale de Fourvière. Pour cela je disposai donc de briques blanches, noires et transparentes, mais uniquement en 4x2. Et je dois dire que ce fut un véritable challenge!

Première pseudo expo, et je me retrouvais donc devant un véritable défi. Je me rappele encore de la remarque d'un des enfants présent au Quai des Ludes lorsque je suis venu chercher mon stock de briques: "Monsieur, vous êtes un professionnel du Lego?". Il fallait donc que j'assure!

Je récuperai donc plein de photos de la cathédrale, un plan que j'imprimai à l'échelle voulu, et let's built.

Je dois reconnaitre que le résultat me plut. Evidemment j'aurais pu faire mieux, mais pour une première, et compte tenu des conditions (temps imparti et nombres de briques à ma disposition), le résultat fut satisfaisant, et emballa les organisateurs du Quai des Ludes. J'eu même le privilège de voir en photo ma cathédrale sur le Journal gratuit Métro.

La galerie de photos est visible sur la page: ici

Copyright © Chez Yannoch :
Me contacter: yannick.vignat@club-internet.fr - Suivez l'actualité sur Facebook: